Les droits des personnes LGBT+ en Europe

Introduction

Les droits des personnes LGBT+ ont considérablement progressé ces dernières années, notamment en Europe. La lutte pour l’égalité et la visibilité des personnes LGBT+ a été longue et parfois difficile, mais elle s’est renforcée depuis les années 2000. Les pays européens ont fait de gros progrès en matière de droits et d’inclusion des personnes LGBT+. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour que chacun puisse vivre librement sa sexualité et son identité.

L’avancée des droits des personnes LGBT+

En Europe, de nombreux pays ont adopté des lois pour protéger les personnes LGBTQ+. Par exemple, le mariage entre personnes du même sexe est reconnu dans plus de 20 pays européens, tels que l’Allemagne, l’Autriche ou encore la France. De nombreux autres pays européens offrent des formes alternatives de reconnaissance juridique aux couples homosexuels, telles que les partenariats civiques ou les unions civiles. De plus, de nombreux pays européens reconnaissent le genre autodéclaré et permettent aux personnes transgenres de changer officiellement leur genre sur leurs documents d’identité.

L’adoption et la procréation médicalement assistée

De plus en plus de pays européens autorisent l’adoption et/ou la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples homosexuels. L’adoption est autorisée dans au moins 14 pays européens et la PMA est disponible dans 11 pays européens (y compris la France). Certains pays européens comme l’Islande, la Norvège ou encore le Royaume-Uni offrent même une forme alternative à l’adoption appelée coparentalité qui permet à un couple homosexuel de faire reconnaître simultanément les deux parents biologiques.

A lire  Le Dol en Droit des Contrats: Analyse et Implications Juridiques

Les iniquités persistantes

Malgré tous ces progrès positifs, il existe encore des iniquités en Europe liés aux droits des personnes LGBTQ+. Dans certains pays européens tels que la Biélorussie ou la Turquie, il est illégal d’être ouvertement LGBT+ et les peines sont souvent très sévères. De plus, certaines formes discriminatoires subsistent encore dans certains pays européens. Par exemple, en Slovaquie ou en Hongrie, certaines lois interdisent les discours publics qui défendent l’acceptation des différances sexuelles.

Conclusion

En conclusion, bien que les progrès en matière de droits des personnes LGBT+ aient étés importants ces dernières année; il y a encore un long chemin à parcourir avant que chacun puisse vivre librement sa sexualité et son identité sans crainte. Les organismes internationaux doivent travailler ensemble pour éliminer tout type de discrimination liée à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre.