Bilan de compétences et reconversion professionnelle : cadre juridique et accompagnement

Le bilan de compétences et la reconversion professionnelle sont deux démarches souvent associées lorsque l’on souhaite changer de métier ou d’orientation. Il est essentiel de connaître le cadre juridique qui les encadre ainsi que les dispositifs d’accompagnement existants pour réussir sa transition professionnelle. Cet article vous présente en détail les aspects légaux et les possibilités d’accompagnement pour tirer le meilleur parti de votre bilan de compétences et réussir votre reconversion.

Le cadre juridique du bilan de compétences

Dans le contexte actuel, où les carrières professionnelles sont marquées par des changements fréquents, il est important de bien comprendre le cadre juridique du bilan de compétences. Ce dernier a été instauré par la loi du 31 décembre 1991 qui a posé les bases du droit à la formation continue pour tous les salariés, quel que soit leur statut.

La loi du 5 septembre 2018, dite « loi Avenir professionnel », a modifié ce dispositif en intégrant le bilan de compétences dans le Compte personnel de formation (CPF). Ainsi, vous pouvez désormais mobiliser vos droits à la formation pour réaliser un bilan de compétences, en suivant certaines conditions :

  • Vous devez être salarié en CDI, CDD ou intérimaire ;
  • Le bilan doit être réalisé par un organisme certifié Qualiopi, référencé par le CPF ;
  • Le coût du bilan peut être pris en charge en totalité ou en partie par le CPF, selon le nombre d’heures de formation accumulées.
A lire  Le bail caduque et les droits du bailleur

Le cadre juridique de la reconversion professionnelle

La reconversion professionnelle est également encadrée par la loi, notamment à travers les dispositifs suivants :

  • Le Projet de transition professionnelle (PTP), qui remplace l’ancien Congé individuel de formation (CIF), permet aux salariés ayant au moins deux ans d’ancienneté de suivre une formation qualifiante pour changer de métier. Le financement est assuré par les Transitions Pro, qui sont des associations régionales regroupant les partenaires sociaux.
  • La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), qui permet de faire valider les compétences acquises lors de son parcours professionnel et d’obtenir un diplôme ou une certification. La VAE est accessible à tous les actifs ayant au moins un an d’expérience dans le domaine concerné.
  • La formation continue, qui sert à développer les compétences des salariés tout au long de leur carrière. Cette dernière peut être financée par l’employeur, par le biais du plan de développement des compétences, ou par le salarié lui-même via son CPF.

L’accompagnement du bilan de compétences et de la reconversion professionnelle

Pour réussir votre bilan de compétences et votre reconversion professionnelle, il est essentiel de bénéficier d’un accompagnement adapté. Ainsi, plusieurs acteurs sont à votre disposition :

  • Les organismes de formation, qui proposent des programmes de bilan de compétences et des formations qualifiantes ou diplômantes pour vous aider à changer de métier. Certains organismes sont spécialisés dans la reconversion professionnelle et offrent un accompagnement personnalisé tout au long de votre démarche.
  • Les coachs professionnels, qui vous aident à définir vos objectifs, à identifier vos compétences transférables et à mettre en place un plan d’action pour atteindre vos nouveaux objectifs professionnels.
  • Les conseillers en évolution professionnelle (CEP), qui vous accompagnent gratuitement dans la définition de votre projet professionnel et vous orientent vers les dispositifs adaptés.
A lire  Le contentieux fiscal en entreprise : comprendre et anticiper les risques

En somme, le bilan de compétences et la reconversion professionnelle sont encadrés par un cadre juridique précis, qui offre des possibilités d’accompagnement diverses. Il est important de bien connaître ces dispositifs pour optimiser sa transition professionnelle et atteindre ses objectifs.